La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 E-Learning : formation à distance et en ligne de Praticien en Aromathérapie Traditionnelle

  Nous sommes heureux de vous offrir les 10 premiers cours de la formation de Praticien en Aromathérapie Traditionnelle. Vous pouvez regarder la vidéo de chaque module et lire le contenu écrit correspondant.

 

  Cours N°1 : Introduction

 

 

  Vous avez raison de vous passionner pour les huiles essentielles et d’entamer une formation pour apprendre à les utiliser de façon sereine, sécuritaire, efficace pour vous et vos proches ou pour en faire une activité professionnelle par la suite.

 

  Dans cette formation, nous allons aborder les dangers de cette médecine naturelle mais non douce.

 

  Mais aussi son efficacité, l’émerveillement que provoque l’usage des huiles essentielles dans le but de faire du bien, de s’aider soi-même mais aussi les autres.

 

  L’Aromathérapie, ce n’est pas uniquement des huiles essentielles mais aussi et avant tout de l’Humain.

 

  Les huiles essentielles n’agissent pas que sur le physique mais également sur le mental, même si dans cette formation, nous verrons surtout l’aspect physique. L’aspect sur le mental est développé dans d’autres formations.

 

  Nous n’allons pas aborder 150 huiles essentielles (pas sûr que vous ayez à en utiliser autant dans votre vie). Il ne s’agit pas d’apprendre 150 synergies (et non recettes) standard et donc non personnalisées, mais de vous donner les clefs pour faire une Aromathérapie sur mesure, c’est-à-dire au cas par cas en fonction des besoins de chacun pour une prise en charge individualisée.

 

  Le but n’est donc pas de connaître une pléthore de synergies mais d’apprendre à les réaliser soi-même.

 

 

  Cours N°2 : Qu’est-ce qu’une huile essentielle ?

 

 

  Vous allez me dire que c’est un extrait végétal. Oui, c’est vrai. Mais quelle est la particularité d’une huile essentielle par rapport aux autres types d’extraits végétaux ? C’est sa concentration ! Prenons par exemple la Camomille Noble ou Romaine consommée le soir sous forme de tisane : 1 goutte d’huile essentielle de Camomille Noble représente l’équivalent de 10 tisanes bien infusées de Camomille Noble. Si l’on prend 1 flacon de 5 ml avec le rapport moyen de 25 gouttes pour 1 ml, cela fait 125 gouttes soit 1250 tisanes ! C’est dire si c’est concentré !

 

  Ce concentré de nature qu’est une huile essentielle n’est miscible que dans un corps gras, comme par exemple une huile végétale.

 

  L’Aromathérapie est une branche de la Phytothérapie. C’est une branche rapide en effets observés. C’est du 2.0 !

 

  Mais tout ce qui est puissant est potentiellement dangereux et nécessite de la maîtrise. Vous ne risquez en principe pas grand-chose avec une tisane de Thym du jardin. En revanche, avec une goutte d’huile essentielle de Thym, vous pouvez vous brûler la bouche, selon s’il s’agit de Thym contenant du thymol qui a permis d’obtenir l’huile essentielle de Thym.

 

  Il faut donc un minimum de connaissances pour utiliser les huiles essentielles en toute sécurité et encore davantage pour les conseiller.

 

 

  Cours N°3 : Du végétal au flacon

 

 

  Une HE (Huile Essentielle) est obtenue en utilisant un végétal dans son intégralité ou un ou plusieurs de ses organes : fleurs, feuilles, fruits, graines, racines, bois…

 

  Vous devez retenir qu’il n’y a que deux méthodes acceptables d’extraction d’huiles essentielles :

 

  Par distillation à la vapeur d’eau

 

  On prend le végétal, en grandes quantités pour certains, on le place dans une cuve avec de l’eau que l’on va chauffer. La vapeur d’eau va extraire les molécules aromatiques de la plante qui ne vont pas se mélanger avec mais qui vont être entraînées par celle-ci dans un tuyau à serpentins. La vapeur refroidie va redonner de l’eau qui sera chargée en huile essentielle.

 

  On laisse ensuite décanter et on obtient deux phases : une phase « aqueuse » qu’est l’hydrolat ou eau florale et une phase « huileuse » (non grasse) qu’est l’huile essentielle.

 

  Il n’y a que les végétaux à molécules aromatiques qui peuvent donner une huile essentielle.

 

  Une plante sur mille est aromatique et exploitable en huile essentielle.

 

  Par pressage à froid des écorces d’agrumes

 

  Pour les agrumes fruits, on presse à froid les écorces où sont contenues les molécules aromatiques qui vont donner l’essence d’agrume appelée couramment « huile essentielle zest ». Attention : toutes les essences d’agrumes fruits ou huiles essentielles d’agrumes zest (pas pour les feuilles et fleurs) sont photosensibilisantes au soleil ou UV après application cutanée. Attendre 12H avant exposition.

 

  Si les HE sont extraites avec des solvants… Fuyez !

 

 

  Cours N°4 : Comment reconnaître une HE de qualité ?

 

 

  Vous vous demanderez peut-être s’il faut absolument qu’une huile essentielle soit bio ? Oui mais pas seulement, car parfois nous n’avons pas d’autre choix que de nous tourner vers une culture conventionnelle.

 

  La première chose est d’être d’accord sur l’identité de l’HE dont on parle.

 

  Il y a bien sûr le nom commun mais aussi le nom Latin qui est important.

 

  Pour certaines plantes, les espèces ou sous-espèces.

 

  Le chémotype, quant à lui, indique la ou les molécule(s) principale(s).

 

  Il faut aussi prendre en compte la partie de la plante utilisée, appelée organe, par exemple : feuille, fleur, fruit, bois, écorce…

 

  La provenance a également son importance car selon le climat ou le sol ou d’autres conditions (correspondant au biotope), les molécules secrétées et donc le chémotype changent.

 

  Le meilleur type de culture est la sauvage, ensuite bio, et enfin classique.

 

  On est prêt ? Non, il manque quelque chose mais qui n’est pas mentionné sur les flacons, du moins pour l’instant.

 

  Prenons un vin, si vous prenez la meilleure vigne du monde, le meilleur raisin mais que vous le vendangez à la machine, que vous le mettez en simple cuve inox, lui faites faire des kilomètres avant la mise en bouteille ou même en cubi… Vous aurez finalement un vin de qualité passable. C’est la même chose avec les HE.

 

  Il faut s’assurer d’une cueillette à la main ou la moins traumatique possible.

 

  Il vaut mieux le vieux petit alambic plutôt que de grandes cuves.

 

  La distillation doit se faire aux températures et pressions les plus basses possibles et sur une durée suffisante pour récupérer la totalité des molécules aromatiques.

 

  Il est donc important d’obtenir l’analyse chromatographique de l’HE.

 

 

  Cours N°5 : Le biotope d’une plante et son influence sur l’HE

 

 

  Une plante aromatique à partir d’éléments simples comme le CO2, les UV, l’eau et les sels minéraux, arrive à produire des molécules complexes comme celles retrouvées dans les HE. 

 

  Les molécules aromatiques ont une fonctionnalité pour la plante. Elle les sécrète pour se protéger de la chaleur, du froid, des prédateurs, des autres plantes…

 

  Donc en fonction de ces éléments extérieurs, il y aura modification du taux des différentes molécules et donc de l’HE.

 

  Préférez une HE qui vient de son biotope originel, comme par exemple les melaleucas qui doivent provenir d’Australie.

 

 

  Cours N°6 : Le Chémotype

 

 

  La connaissance du Chémotype est fondamentale lorsque l’on se réfère aux huiles essentielles. Avant d’utiliser ou de conseiller une ou des HE, il est impératif de prendre en compte cet élément et d’éviter les approximations. Cela pourrait avoir de graves conséquences pour l’utilisateur. Il en va de la responsabilité du conseiller de bien maîtriser ce sujet afin de ne pas porter préjudice à la personne suivie et par extension à la profession.

 

  Le Chémotype est influencé par :

 

  Le Biotop

 

  On a vu que selon les conditions extérieures, il y a modification des molécules sécrétées.

 

  Le Romarin Officinal, par exemple, permet de produire 3 HE différentes. Indifférenciables à la vue, en fonction des conditions climatiques et du sol, il va produire du Verbénone, du Camphre ou du Cinéole. Le Romarin Français produit du Verbénone ou du Camphre tandis que celui du plateau d’Atlas et du Maghreb du Cinéole.

 

  Si le Chémotype Cinéole (hors asthmatique) ne pose pas de souci, les deux autres sont neurotoxiques et peuvent avoir de graves conséquences sur des personnes épileptiques ou chez les enfants.

 

  L’espèce ou la sous espèce.

 

  L’organe utilisé.

 

 

  Cours N°7 : Les possibilités d’accompagnement avec les HE

 

 

  Je parle d’accompagnement au lieu de soins, de thérapeutiques ou d’actions. Car les HE sont là pour nous accompagner mais la solution est en nous, le corps Humain est une formidable machine qui parfois s’enraye et a besoin d’un coup de pouce. Les HE sont là pour ça. Alors cela peut être un très grand coup de pouce, physique et moral ou un léger soutien moral.

 

  D’un point du vue physique, les HE accompagnent sur des :

 

  - Infections virales, bactériennes et fongiques ainsi que les parasites des voies respiratoires, cutanées, digestives, urologiques, gynécologiques, ORL…

 

  - Soucis articulo musculo tendino squelettique : chocs, coups, rhumatismes, arthrose, arthrite, crampes, névrites, tendinites, douleurs musculaires…

 

  - Problèmes digestifs : constipation, spasmes, diarrhées, ballonnements…

 

  - Difficultés métaboliques : relance du métabolisme fatigué, drainage hépatique, régulation thyroïdienne.

 

  - Problématiques cutanées : eczéma, crevasses, brulures, vergetures, cicatrices…

 

  - Troubles circulatoires : varices, hématomes, soucis hémostatiques, HTA ou hypo…

 

  - Soucis de médecine générale comme la fatigue, l’état fébrile…

 

  D’un point de vue psychologique :

 

  - Morosité.

 

  - Anxiété.

 

  - Choc.

 

  - Difficultés d’endormissement.

 

  - Accompagnement de plusieurs maladies psychiatriques.

 

  - Trac.

 

  - Dévalorisation de soi.

 

  - Difficultés de concentration.

 

  - Stress…

 

 

  Cours N°8 : Les dangers des huiles essentielles

 

 

  Nous avons abordé ce que l’on peut accompagner avec les HE et encore la liste n’est pas exhaustive. Mais avant de se jeter sur un flacon d’huile essentielle, étudions les dangers possibles avec une utilisation non appropriée.

 

  Les huiles essentielles peuvent être :

 

  - Dermocaustiques, c’est-à-dire brûler gravement la peau et encore plus les muqueuses.

 

  - Irritantes cutanées et respiratoires.

 

  - Neurotoxiques et provoquer des problèmes cérébraux tels que maux de tête, nausées, convulsions, coma et décès !

 

  - Hépatotoxiques et entraîner de la simple « crise de foie » à la transplantation hépatique, enfin si c’est pris à temps…

 

  - Néphrotoxiques : là, ce sont les reins qui sont touchés, les dégâts vont assez vite sur les reins mais c’est la plus rare des intoxications.

 

  - Photosensibilisantes et au soleil provoquer des taches indélébiles.

 

  - Abortives : provoquent l’accouchement.

 

 

  Cours N°9 : Les voies et supports d’application

 

 

  Il faut différencier l’endroit où l’on applique les HE et avec quoi on les applique.

 

  Les supports d’application

 

  Une HE est concentrée et cela implique très souvent de devoir la diluer avant de l’utiliser. Une HE est lipophile et hydrophobe, c’est-à-dire qu’elle se dilue dans un corps gras mais pas dans l’eau.

 

  Par conséquent, il faut une huile végétale. Une HE ne se dilue pas dans un sucre ni dans du miel, ni encore dans de l’aloé vera mais seulement dans une HV ou dans du beurre de karité.

 

  Les voies d’application

 

  - La voie cutanée.

 

  - La voie orale.

 

  - La voie olfactive (inhalation).

 

  - La voie rectale.

 

  - La voie vaginale.

 

 

  Cours N°10 : Quelle voie d’application choisir ?

 

 

  La plus utilisée : l’interface cutanée

 

  Pourquoi la plus utilisée ? Parce que c’est la plus facile d’utilisation et la moins risquée. Elle permet l’emploi d’une « grande » quantité d’HE.

 

  L’action est diffuse et plus ou moins lente en fonction de la dilution. Les HE passent dans le sang et la circulation sanguine générale avant de passer par le foie et d’y être dégradées.

 

  En cas de soucis (brûlure, irritation, allergie ou doute après application), il est possible d’agir rapidement en absorbant les HE avec un essuie-tout ou mouchoir et ensuite de diluer et de rincer en appliquant de l’huile végétale. Dans ce cas, on utilisera n’importe quelle HE même celles de cuisson.

 

  La voie cutanée n’est donc pas employée uniquement pour agir sur une affection de la peau. On l’utilise pour une action sur l’organisme en général ou pour compléter une action localisée par une autre voie. Par exemple, en plus de l’inhalation pour une affection des voies respiratoires, on applique une synergie sur la peau en suivant le trajet des voies respiratoires. En plus de la voie orale pour un souci digestif, on va appliquer une synergie au niveau de l’abdomen.

 

  Pour une action générale sur l’organisme, par exemple détente ou coup de fouet, on va utiliser l’interface cutanée et pourquoi pas aussi l’inhalation.

 

  Sur la peau, on va presque tout le temps diluer les huiles essentielles dans de l’huile végétale. Surtout les HE dermocaustiques, 10 % maximum pour certaines et 20% maximum pour d’autres, on verra lesquelles plus tard. C’est la même chose pour celles qui sont irritantes.

 

  Une huile essentielle pure ne va pas forcément mieux agir qu’une HE diluée.

 

  La voie respiratoire

 

  Elle est sollicitée lors d’olfaction, d’inhalation au flacon, au stick, au diffuseur, bol d’eau à 50°C.

 

  C’est la voie d’action la plus rapide mais aussi la plus courte en durée d’action.

 

  On l’utilise pour les encombrements et autres affections des voies respiratoires mais aussi pour une action générale souvent associée à une action bien-être.

 

  Olfaction détente ou antistress.

 

  Les molécules des HE vont très rapidement, via les bronches et les alvéoles pulmonaires, rejoindre la circulation sanguine.

 

  Par voie respiratoire seront évitées les HE irritantes et neurotoxiques.

 

  La voie orale

 

  On l’utilise pour une action digestive et générale, bien qu’au regard de la dégradation des HE via le foie, l’action digestive prime sur une action générale.

 

  Sauf en sublingual pour certaines HE, les HE par voie orale sont toujours prises sur un support d’HV pour être diluées. Contrairement à ce que l’on constate souvent, les HE ne sont pas à prendre seules sur un sucre ou sur du miel.

 

  Le comprimé neutre ne dispense pas d’HV pour les HE irritantes et dermocaustiques.

 

  La voie vaginale

 

  Elle sert qu’à une application gynécologique à contrario de la voie rectale qui quant à elle, en plus d’une action locale, aura une action générale grâce au passage des HE dans la circulation sanguine générale.

 

  Ces deux voies nécessitent un faible taux d’HE (2 à 3% maximum) en vaginal et 5% grand maximum en rectal pour des adultes.

 

 

  Suite des cours ! 

 

  Continuez votre apprentissage avec la Fédération Française d'Aromathérapie en vous inscrivant à la formation en ligne de Praticien en Aromathérapie Traditionnelle ! Vous pourrez ainsi télécharger 46 nouvelles fiches pdf, poser toutes vos questions à notre formateur et échanger entre étudiants sur le forum privé, visionner 46 autres vidéos de cours et tester vos connaissances en ligne (QCM 50 questions).

 

Cliquez ici pour accéder à la formation complète de Praticien en Aromathérapie Traditionnelle